Togoenlutte

flickr facebook twitter digg stumbleupon feed

Ni la répression de la jeunesse à Mango. Ni les menaces proférées à l’encontre des démocrates en exil par le sinistre Yark ne briseront l’elan de la lutte populaire.

mango2Depuis le 6 novembre dernier la ville de Mango est assiégée par les militaires et autres éléments incontrôlés de la dictature  pour réprimer la révolte légitime de la jeunesse de Mango qui ne cesse de lutter depuis des années contre l’injustice sociale et pour les libertés démocratiques... Lors de ces tragiques évènements survenus à Mango, la station radio canadienne CKRL a ouvert son antenne à notre militant Gligli-Amorin... C’est la teneur de cette interview que nous aimerions partager ici avec tous les patriotes et démocrates qui luttent contre ce pouvoir sanguinaire du couple Gnassingbé-Olympio...

Lisez plutôt...

 1-      Les 6 et 7 novembre dernier nos concitoyens vivant à Mango ont été victime d’une sanglante répression militaire... Pouvez-vous nous expliquer les causes réelles de ces événements douloureux ?

  Avant d'aborder les causes de cette  répression, ne serait-il pas mieux d'ouvrir une petite parenthèse pour approfondir les dégâts  écologiques organisés par ce régime ? Un pouvoir dictatorial, moribond qui dans ses réflexes de survie tente de se reconvertir à l'écologie  pour empocher les milliards de nos francs envoyés par le PNUD pour l'exécution de ce fameux projet de réhabilitation de l'écosystème dans la région des Savanes du Togo. Ce projet sur l'écosystème  n'est qu'un moyen de plus pour occulter les dégâts environnementaux causés par ce régime et surtout son incapacité à proposer un véritable projet de société aux peuples du Togo...

 • Ainsi, selon les organisations écologiques, le Togo perd plus de 15.000 hectares de terre chaque année... Cette situation est due à la coupure systématique des tecks dans la région des plateaux par les gros propriétaires terriens qui sont des barons et des apprentis barons de ce pouvoir dictatorial. Ces gros propriétaires terriens du pouvoir détruisent nos forêts pour alimenter l'industrie du bois en Europe et aux États Unis. Voilà de quelle manière ce régime dictatorial  bat le record du dégât écologique dans notre pays. Le comble du ridicule c'est   donc ceux-là qui veulent donner des leçons sur l'écosystème aux populations de Mango !

 • Il va sans dire que c'est ce pouvoir qui a exproprié dans les années 1970 des hectares de terre en pays Ouatchi pour l'extraction du phosphate.... C’est dans cet objectif que ce pouvoir avait déplacé des centaines de villages, détruit des habitations,  et organisé l'abattage des arbres afin de faire de l'exploitation à ciel ouvert du phosphate. Ceci a eu des conséquences terribles sur l'environnement en pays Ouatchi. Pendant que l'exploitation du phosphate sert à enrichir Faure Eyadema et sa clique, une misère effroyable sévit depuis plus de quarante ans chez les Ouatchi.

 • Il en est de même de l'exploitation du fer à Bendjeli (Bassar) par des capitalistes indiens. Une honteuse exploitation qui fait des dégâts environnementaux et laisse les peuples Bassar dans des conditions de vie effroyable sans nom.

 • C'est toujours cette dictature corrompue qui a voulu enfouir sur notre sol des déchets toxiques dans les années 1980...

 • C'est aussi ce régime qui aujourd'hui se reconverti à l'écologie, qui a laissé depuis des années la progression de l'érosion côtière dans le Sud du pays à Aného et à Agbodrafo....

 • Ajoutons à tous ces crimes écologiques, les expropriations des terres des populations de Bè pour élargir le Port, l'aéroport et la construction de la fameuse résidence de Lomé II...

  Voilà succinctement les crimes écologiques de ce régime qui veut nous donner des leçons sur l'écosystème à Mango !

  2) Que pensez-vous des réactions des  ministres Johnson de l’environnement et surtout du ministre de la sécurité Yark qui déclaraient sur les médias que ce sont les jeunes de Mango qui ont voulu s’emparer des armes et les militaires étaient obligé de réagir ?

  En ce qui concerne les réactions, nous connaissons depuis fort longtemps les positions politiques du ministre de la sécurité Yark en matière de répression des mouvements populaires... Le moins qu'on puisse dire c’est que les déclarations de Yark pour justifier cette répression est du déjà-vu. Yark a été formé, et moulé pour faire perdurer la dictature au Togo. Un démocrate ne peut rien attendre de bon de ce sinistre personnage qui organisa du vivant de l'autocrate Eyadema l'industrie de la torture au sein du camp de la gendarmerie de Lomé.

 Quant à la réaction de Johnson, on voit comment l'ambition personnelle amène un homme qui se disait, il y a quelques années, démocrate à cautionner la répression des militaires... L’attitude de Johnson à vouloir justifier l'expropriation des terres des paysans de Mango au profit d'un projet dit écologique où les populations ne trouveront jamais leur compte;  confirme une fois de plus, non seulement, l'accord intervenu en mai 2010 entre le RPT et l'UFC.... Mais aussi l'alliance entre les deux ploutocrates du pays Faure et Gilchrist. Sans aucun doute, l'UFC fait partie du système dictatorial et ils sont obligés évidemment par solidarité gouvernementale à défendre les crimes les plus abjects de la dictature... Indéniablement, les démocrates doivent appeler le peuple et la jeunesse de Mango surtout à combattre l'UFC au même titre que les tenants de la dictature...

 3) Parmi les réactions il y a également celle débitée par le préfet de Mango pour dénier la nationalité togolaise aux peuples Anoufo et Tchokossi... Quelle est votre réaction sur une telle déclaration qui frise la division du Togo ?

 Abordons à présent la honteuse déclaration du préfet de Mango ! Dans cette situation, ce qui nous interpelle beaucoup plus, ce sont les déclarations du préfet de Mango... Un préfet, tout comme Yark, est un éminent officier de l'armée.

 Dans une honteuse déclaration, il prétend que "les peuples Tchokossi et les Anoufo ne sont pas des togolais".... Cette déclaration confirme bien que UNIR et son préfet n'ont pas encore rompu avec l'ère Eyadema où certaines familles ont été privées de leur nationalité togolaise sous prétexte qu'elles ne sont pas des vraies togolais. Nous faisons allusions ici aux Afro-Brésiliens installés sur la côte du Togo-Benin depuis la fin des années 1780 ! Rappelons également que cette histoire de nationalité a été utilisée dans les années 1970 contre le mouvement syndical chez nous où le syndicaliste  Abdoulaye Salami fut reconduit de force à la frontière sous prétexte qu'il n'est pas togolais.

 Aujourd'hui, on peut aisément déduire que cette question de nationalité que brandit le préfet est une énième provocation; une vielle arme de la dictature pour isoler sur le plan national la révolte du peuples de Mango afin de  briser la solidarité des autres peuples contre les actes iniques et répressifs du pouvoir RPT/UNIR à Mango.

 Remarquons par ailleurs que pendant qu'on dénie le droit à la nationalité togolaise aux peuples Tchokossi et Anoufo; il n’y pas longtemps Faure et sa clique avaient nommé un rwandais d'origine à la tête de notre régie financière... La nomination d'un rwandais d'origine à la tête des finances du pays ne dérange nullement UNIR et son préfet.... Tout ceci confirme que cette question de nationalité est un faux problème que les liens entre les exploiteurs; entre les bourgeois néocoloniaux et les gangsters en col blanc priment sur tout le reste !

 Dans ces conditions, les démocrates doivent appeler toutes les nationalités du Togo  à rester vigilant, à ne pas tomber dans ce piège qui servira à nous diviser contre nos ennemis communs qui sont issus de toutes les nationalités du Togo et ailleurs dans le monde.

   4) Pendant ces événements, le pouvoir RPT-UNIR parle de récupération politique alors que d’aucun déclare que lors de la dernière élection présidentielle, la population de Mango avait voté massivement pour le RPT-UNIR...

   Pour les démocrates, ce qui se cache derrière cette récupération dont parlent les barons du régime, c'est le musèlement des cris du peuple; c'est d'imposer le silence des cimetières au camp du peuple... Et nous n'allons pas nous laisser faire en croisant les bras et en laissant le régime répandre comme à l'accoutumée de fausses informations et nouvelles au sein du peuple... Il est tout à fait normal que tous ceux qui luttent pour les aspirations des peuples du Togo doivent condamner ouvertement la sanglante répression qui s'était abattue sur les populations de Mango et de ses environs. Mais nous nous démarquons des condamnations et autres prises de positions de l'opposition dite démocratique qui sert de béquilles à la dictature... Ces partis qui sont allés s'asseoir sur les bancs du parlement pour jouer le jeu démocratique avec les assassins du peuple ne peuvent nullement déclarer qu'ils ne sont pas au courant de cet infâme projet à Mango. Comble de l'hypocrisie, ils se sont tu jusqu'aux massacres...des fils de Mango ! 

 Les démocrates et patriotes condamnent cette barbarie et marquent leur solidarité avec les familles des victimes de la lutte pour un développement harmonieux de la préfecture de l'Oti et de toute la région des Savanes. L’œuvre pour le développement de la région des Savanes doit aller de paire avec la lutte sans concession pour abolir la dictature... Nous sommes convaincus que c'est la fin de la dictature qui ouvrira la voie à un véritable développement de Mango mais aussi de toutes les régions du Togo.

 Concernant le vote des populations de Mango en faveur du RPT-UNI: C'est une contre-vérité de faire croire que 80% de la population de Mango avaient voté pour le pouvoir en place... Nous savions tous que cette élection n'était qu’une mascarade de plus où la fraude a été organisée à haute dose dans tout le Nord du pays, à Mango en particulier. On sait également que pendant cette parodie d'élection, le clan Gnassingbé pour assurer sa «victoire» avait mis en place de gigantesques moyens de corruptions... Pour les démocrates, Il y a donc continuité en matière de fraudes électorales entre feu Eyadema et Faure qui, aujourd'hui, organise une répression contre les populations de Mango...

   5) Dans cette situation, entant qu’organisation en exil est-ce que vous avez les moyens de peser sur ce pouvoir dictatorial ?

 Il faut reconnaître que notre organisation (le Front des Organisations Démocratiques Togolaises en exil) comme son nom l'indique clairement est un mouvement en terre d'exil et nos actions se limitent ici. Notre travail en terre d'exil est de contribuer à travers nos publications et prises de positions à l'éveil des conscience d'une façon générale de nos compatriotes... Cette prise de conscience passe nécessairement par l'étude tant individuelle que collective de nos documents et autres publications des organisations démocratiques étrangères que nous côtoyons en exil... C'est de cette manière que nous pouvons comprendre l'essence de la lutte que nous menons contre la dictature oligarchique du clan Gnassingbé et de son allié le clan Olympio... L'étude et la formation politique doivent être au centre de nos activités pour faire comprendre à nos compatriotes que sans l'étude et la formation politique, le mouvement initié depuis vingt-cinq ans restera entre les mains des faux démocrates, des faux amis du peuple qui vont continuer à imposer au peuple leurs solutions de sauvetage de la dictature. Leurs solutions de sauvetage de la dictature consistent à vouloir réformer la dictature par des réformes institutionnelles, constitutionnelles ou bien par des élections bidons. La vie a confirmé que toutes ces revendications ne sont que des subterfuges pour maintenir la dictature au Togo. Les démocrates doivent s’organiser et mobiliser le peuple contre les partis et organisations qui prônent une telle ligne politique catastrophique.

  6) Est-ce que vous pouvez nous expliquer brièvement comment votre plateforme Togo En Lutte compte mobiliser la communauté togolaise en exil forcée depuis plus de 20 ans ?

 Pour ce qui concerne la réorganisation de la lutte en exil...  Afin que cette réorganisation de la lutte soit efficace, nous comptons créer à travers l'Europe jusqu'aux États Unis les comités de base du Front des Organisations Démocratiques Togolaises en Exil.... Ces comités, nous les appelons CEAS...(Comité d'Etude d'Action et de Soutien)... Ces comités doivent être des lieux d'étude et de formation politique. Face à une dictature prête à tout pour conserver le pouvoir, nous devons reconnaître que la formation et l'étude ne sont qu'une étape de cette lutte. Pour nous imprégner avec efficacité de cette implacable lutte, l'étude et la formation entre quatre murs ne suffiront pas. C'est pourquoi nous devons également organiser des actions afin d'enrichir notre connaissance, notre formation... Dans ces conditions, nous pensons que l'étude et l'action doivent être intimement liées. C'est en fonction de cette démarche que nous comptons organiser, des soutiens matériels aux organisations démocratiques et anti-impérialistes qui luttent sur le terrain.Ce soutien doit aller directement à ces organisations qui, par leurs programmes sont contre toutes négociations, conciliabules avec ce pouvoir vermoulu et qui sont d'accord qu'aucune réforme institutionnelle, constitutionnelle et élection ne peut mettre fin à cette dictature. Des organisations qui font de la lutte du peuple, le seul moyen d'abattre cette dictature...

  On voit bien que notre démarche et notre attitude sont antagoniques, totalement différentes des souscriptions qui sont actuellement organisées dans le but de financer les faux amis du peuple qui utilisent l'incrédulité de nos compatriotes de la diaspora pour s'enrichir effrontément et en plus négocient leurs places et avantages au sein de la dictature...

 Plus que jamais nous lançons un vibrant appel à nos compatriotes en exil à rejoindre les rangs de notre organisation afin de renforcer dans leur pays d'accueil nos comités d'étude, d'actions et de soutien. C'est le seul moyen d'apporter notre contribution à la lutte pour la démocratie...

 Bruxelles, le 21 novembre 2015

 Togo En Lutte.... !

 Le Front des Organisations Démocratiques Togolaises en Exil

 Plus d'infos: www.togoenlutte.org

 Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

 

Les derniers articles

Contact